Voyage, tourisme et évasion

San Cristobal de las Casas et villages indiens

Nous sommes le dimanche 5 Novembre 2017, et nous nous réveillons dans la ville de San Cristobal de las Casas, ancienne capitale de l’état du Chiapas au cœur du Mexique. La nuit a été plutôt « fraiche » car nous sommes à presque 2000m d’altitude.

Notre voyage au Mexique, de Mexico à Tulum.
Pour vous situer un petit peu, nous nous trouvons au centre de la carte (au niveau du poncho, à droite du singe).

Notre journée démarre par une visite des villages indiens (descendants des mayas) alentours. Dans chacun de ces villages, hommes et femmes arborent une tenue vestimentaire bien spécifique qui symbolise leur appartenance. Souvent composée d’une longue jupe en laine noire pour les femmes. Il est très mal vu de prendre des photos dans ces villages indiens car ces derniers croient qu’on leur « vole leur âme« . Aussi, il y a donc peu de clichés pour illustrer cet article.

De tout notre voyage de noces au Mexique, le Chiapas était la région que j’appréhendais le plus : attirée par son coté « brut/sauvage » (la jungle, les peuples indiens aux étranges croyances/superstitions) mais aussi très inquiète par la dangerosité qui semblait y régner – vis à vis de sa frontière avec le Guatemala, selon les ouvrages/guides touristiques.

San Juan Chamula

Direction San Juan Chamula, un village d’indiens tzoziles revendiquant leur indépendance.

Dès que l’on descend de la voiture, on ressent subitement le poids des regards, et l’on entend quelques mots échangés avec notre chauffeur/guide (l’incitant à donner un peu d’argent pour que quelqu’un surveille qu’il n’arrive rien à sa voiture…).

Nous descendons la rue principale traversons un immense marché pour rejoindre l’église principale (el templo). Tout ceci est très typique mais je ne peux prendre aucune photo, d’autant que nous sommes suivis et entourés par des enfants plutôt insistants qui souhaitent nous vendre divers objets.
La seule photo autorisée est celle de la façade extérieure de l’église (blanche et verte). Nous décidons tout de même d’entrer (après avoir payé 20 pesos par personne à l’office du tourisme)– j’ai lu dans un guide qu’il se passe à l’intérieur d’étranges rituels…

Église de San Juan Chamula au Mexique.

L’église est comme coupée en deux : d’un (à gauche) y a le culte catholique vénérant Jésus, et de l’autre majoritairement le culte de Saint-Jean Baptiste (parrain de Jésus, lui ayant montré la voie). Le sol est recouvert d’aiguilles de pin, et beaucoup marchent pieds nus dessus. Il y a des gens agenouillés qui font fondre de la cire de bougies à même le sol. Contre les murs, à droite et surtout à gauche de l’église : des statues de Saints en bois entourés de nombreux miroirs. Des groupes de personnes boivent du soda et expulsent sans aucune gène des rots – j’ai lu qu’ils pensent que cela évacuerait les mauvais esprits de leur corps…

Nous sortons et retrouvons un enfant du groupe qui nous attendait impatiemment. Je craque et décide de lui acheter son « magnet » – il trône désormais sur notre frigidaire parmi notre large collection de souvenirs de voyages- représentant des femmes tzoziles vêtues de laine noire.

San Lorenzo Zinacantan

Nous reprenons la route en direction d’un village voisin : San Lorenzo Zinacantan. Il se compose également d’indiens tzoziles mais dont la tenue vestimentaire est plus colorée. Le marché est petit mais il y a un joli kiosque à musique, l’église est en réparation suite au dernier tremblement de terre, donc hélas fermée. Notre chauffeur nous conduit alors vers une maison de tisserands qui fabriquent de nombreux ponchos artisanaux. Les femmes tissent directement agenouillées au sol avec un métier à tisser accroché à la ceinture. L’ambiance est conviviale, on nous invite même à essayer une tenue indienne traditionnelle de mariage.

On nous montre aussi la fabrication des tortillas (galette de maïs à la base de la cuisine mexicaine) avec une dégustation en prime. Bien sûr, je repars avec 2 ponchos dont un 100% en laine – qui depuis est devenu ma seconde peau durant l’hiver – et à un prix très bas – contrairement à une boutique à San Cristobal… Oui, j’ai ramené 3 ponchos en tout ! :D

Fabrication des tortillas au Mexique.
Elle tient en main un appareil qui presse la pâte pour en faire une galette ronde, qu’elle met ensuite à cuire à côté d’elle.

San Cristobal de las casas

Nous voici donc de retour à San Cristobal de las casas, en fin de matinée, pour une après-midi libre à découvrir la ville.

L’amoureux a faim – pour changer :D – du coup nous faisons une halte dans le café/restaurant TierrAdentro constitué autour d’un patio : le lieu est très joli. L’amoureux commande des nachos (énorme plat composé de tortillas chips triangulaires, purée de haricots, crème et fromage fondu) un plat si gros qu’il n’arrive pas à en venir à bout :D – et j’opte pour un huarache (galette à base de maïs de la forme d’une semelle de chaussure, recouverte de purée de haricot, sauce, poulet, avocat et fromage de Oaxaca émietté). Je ne peux bien sûr pas repartir sans avoir goûté un chocolat chaud – originaire des aztèques et des mayas. La plus grosse surprise a été l’addition : 298 pesos mexicains, soit l’équivalent de moins de 15€ à deux avec un guacamole à partager, deux énormes plats, une bière, une bouteille d’eau, un chocolat chaud et un café ! Vive le Mexique !

Après ce bon repas, nous arpentons les ruelles bordées de maisons colorées de San Cristobal de las casas. Aussi colorées que les banderoles de « papel picado » en papier découpé qui décorent les rues. On s’y sent bien. L’architecture coloniale est présente partout. Nous tombons sur un défilés de chars probablement à l’occasion des fêtes du jour des morts.

Après nous êtres promenés sur la place principale (plaza 31 de marzo) avec son kiosque à musique, et avoir observé la cathédrale, nous décidons de monter une longue route rectiligne (Real de Guadalupe) jusqu’à une magnifique église, d’où nous dominons toute la ville. Le panorama est vraiment joli. Nous redescendons et tombons sur une petite boutique tenue par un couple franco-mexicain, où nous rapportons encore quelques souvenirs (boucles d’oreilles, salière et shot à téquila). Une autre boutique nous propose de goûter du « pox » (prononcer « poche ») : un alcool de maïs et de canne à sucre typique du Chiapas, qui peut être aromatisé par exemple à la noix de coco – encore un souvenir à rapporter. :)

Nous décidons de dîner dans la pizzeria El Punto (mais avec une vraie pizza mexicaine : avocat, tomate, pico de gallo) accompagnée d’une « chelada o michelada » (la chelada est une bière mexicaine servie avec du jus de citron et du sel, et la michelada c’est la même chose avec une sauce pimentée en plus). Puis, nous retournons à notre hôtel Parador Margarita pour une bonne nuit de sommeil.

En effet, demain le programme est à nouveau chargé : découverte des cascades d’Agua Azul et de Misol-Ha pour terminer la journée à Palenque ! Mais je vous réserve cela pour un prochain article. :)

Cascades d'Agua Azul au Mexique.

Cet article vous inspire ? La parole est à vous.

  • Connaissez-vous le Mexique ?
  • Avez-vous déjà visité l’état du Chiapas ? et la ville de San Cristobal de las casas ?
  • Quel(s) souvenir(s) avez-vous rapporté de votre voyage ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *