Voyage, tourisme et évasion

Mexico, Mexiiiiiiiiiiico ♫♪ voyage et visite

Chanteur mariachi sur une barque de Xochimilco à Mexico.

Mexico, Mexiiiiiiiiiiico sous ton soleil qui chante iiiii ! ♫♪♫

Suite à nos 3 jours d’escale à New-York, nous reprenons l’avion le 30 Octobre 2017 pour continuer notre voyage de noces sur les terres mexicaines désormais. Le voyage débute dans la capitale : Mexico pour 4 jours. Avant de se poursuivre pendant deux semaines sur une traversée du Mexique et découverte des différents temples jusqu’au plages paradisiaques de Tulum (à prévoir dans de prochains articles).

Notre voyage au Mexique, de Mexico à Tulum.
Pour vous situer un peu mieux : nous nous trouvons actuellement dans la capitale de Mexico, en haut à gauche, à coté du masque de catcheur. Crédit carte Google Map

Découvrir la ville de Mexico

Pour commencer cet article, je dois vous informer que nous sommes arrivés au Mexique environ un mois après un terrible tremblement de terre. La ville de Mexico a été touchée, mais était située assez loin de l’épicentre – contrairement à certains villages détruits que l’on traversera plus tard. Le dernier « gros » séisme à Mexico date de 1985, il a fait des milliers de morts et de blessés. Des bâtiments entiers se sont effondrés et faute de moyens financiers, ils n’ont jamais été reconstruits. Cela se voit en marchant dans les rues, les fissures sont omniprésentes et beaucoup de bâtiments semblent à l’abandon.

Comment a été fondée la ville de Mexico ? Selon une légende, le Dieu du Soleil dit aux Aztèques : « vous devez bâtir un nouveau royaume à l’endroit même où vous verrez un aigle posé sur un figuier de Barbarie, dévorant un serpent« . Les Aztèques voient cette scène sur une île au milieu d’un lac, et ils construisent alors la ville de Mexico. S’étendant vers les marécages, ils drainent des canaux pour faciliter la culture du maïs notamment. Regardez le centre du drapeau mexicain, et vous ferrez le rapprochement avec la légende. :)

A côté de la place centrale (le Zocalo) de Mexico, se trouvent les vestiges d’un temple Aztèque (templo Mayor). Lorsque les conquistadors espagnols ont pris les commandes de Mexico, ils ont débuté la destruction des lieux de culte Aztèque afin d’utiliser les pierres pour construire – et imposer – leurs propres lieux de culte catholique. C’est le cas notamment avec la Cathédrale de Mexico faite à partir des pierres du Templo Mayor.

Très rapidement, en arrivant face à la Cathédrale, quelque chose nous parait louche… Elle s’enfonce dans le sol ! Rien n’est droit ! Notre guide nous explique qu’effectivement Mexico ayant été construite sur un ancien lac, elle a conservé une partie très profonde de marécages donc totalement instable surtout pour supporter un tel poids et dans une région où l’activité sismique est si forte. Peu rassurés, nous entrons dans la Cathédrale, et découvrons de nombreux câbles et contrepoids semblant essayer de stabiliser l’édifice.

Autour de la cathédrale, des indiens semblent effectuer d’étranges pratiques sur la population. :D Notre guide nous explique qu’il s’agit d’une « limpia » signifiant « nettoyage spirituel ». Un indien agite des herbes ainsi que de l’encens autour d’une personne pour « chasser les ondes maléfiques » et lui apporter ce qu’elle recherche (amour, travail, guérison,…). L’envie de tester était très forte, mais nous n’avions hélas pas le temps.

Monter dans la Torre latinoamericana

Autant vous dire qu’après les magnifiques gratte-ciel de New-York, monter dans cette petite tour délabrée et à moitié inoccupée nous paraissait très surprenant… Ce fût pourtant une merveilleuse première occasion d’admirer l’étendue de la ville de Mexico depuis le 44ème étage panoramique.

Profiter du Dia de muertos

Si nous avons souhaité partir au Mexique à cette période de fête de la Toussaint (en France), c’est parce qu’au Mexique il y est célébré le Dia de muertos (= jour des morts) d’une façon très différente de la nôtre.

En France, la mort est un sujet tabou, ou « qui dérange » souvent car peu acceptée par l’esprit humain ; pour la Toussaint la tradition est généralement de pleurer les morts en se rendant aux cimetières, fleurir les tombes.

Au Mexique en revanche, le dia de muertos est l’occasion de se réunir en famille et de fêter les défunts comme pour leur rendre hommage et ainsi perpétuer ensemble de bons souvenirs.

Partout des autels sont dressés sur lesquels figurent des photos des défunts, mais aussi à boire et à manger (souvent des plats/boissons/objets qu’aimaient les personnes disparues). Les fleurs oranges de cette saison (oeillets des indes) sont répandues partout en ville afin de guider les âmes des défunts pour leur retour sur terre. Dans la tradition mexicaine la mort réunie tous les êtres (tant les riches que les pauvres) personne n’y échappe, c’est pourquoi durant le dia de muertos on voit énormément mis en avant le personnage de la Catrina (un grand squelette vêtu et coiffé de vêtements féminins aristocratiques). Je ne pense pas que les mexicains aient moins peur de la mort, mais le fait de pouvoir en parler et fêter ses proches disparus chaque année librement en famille doit en partie aider à l’accepter.

Dans nos futures visites de temples (que vous verrez à travers les prochains articles) nous avons appris que pour les peuples pré-colombiens, la mort faisait partie, au même titre que les grandes étapes de la vie, à un cycle en éternelle reconstruction – je pense notamment à Mitla la cité des morts. Le peuple mexicain étant issu d’un métissage entre ces civilisations pré-colombiennes (polythéistes) et un peuple hispanique (catholique), la Toussaint est donc un étonnant mélange de ces diverses cultures, auxquelles s’ajoutent parfois l’esprit plus commercial d’Halloween du voisin américain.

Bref, pour le dia de muertos, Mexico propose une grande parade en ville, les maquillages de squelettes sont à l’honneur, il faut déguster des calaveras (petites têtes de mort en sucre ou en chocolat) ainsi que le pan de muertos (pain des morts, sorte de brioche sucrée) que l’on retrouve aussi présents sur les autels. Des ribambelles colorées de papiers découpés (appelées « papel picado ») décorent toutes les rues et les échoppes. Le dessin animé Coco de Disney retranscrit merveilleusement bien l’ambiance du mexique durant el dia de muertos, je vous le recommande si vous ne l’avez pas déjà vu.

Admirer les fresques de Diego Rivera dans le Palais de Mexico

Le palais de Mexico est très joli extérieurement parlant, depuis le Zocalo (place principale), mais à l’intérieur il est encore plus époustouflant ! Grâce aux fresques du plus célèbre peintre mexicain Diego Rivera (compagnon de Frida Khalo – je vous recommande d’ailleurs le film sur la vie de celle-ci). Ce dernier décrit par ses peintures toute l’histoire de la civilisation mexicaine avant puis pendant la conquête espagnole. Socialiste engagé, ses œuvres dénoncent les différences sociales, les abus,…

Visiter le musée anthropologique de Mexico

Cet immense musée est divisé en différentes parties de civilisations mexicaines : Aztèques, Mixtèques, Zapotèques, Olmèques, Totonaques et Mayas, en fonction des différentes régions du Mexique. On y découvre notamment des répliques de temples, et de nombreux objets retrouvés par les archéologues lors des fouilles.  Nous y sommes restés au moins 4 heures et avons l’impression de n’avoir vu que la moitié du musée… Il était particulièrement intéressant, et je pense sincèrement le refaire si nous retournons un jour à Mexico.

Assister à un combat de Lucha Libre

La lucha libre (comprenez lutte libre) est au Mexique ce que le football est en France : une discipline sportive qui passionne les foules. Ici tout est spectacle : l’arbitre est souvent « vendu », les « lutteurs » ne se font pas mal, tout est fait pour amuser les spectateurs qui rentrent facilement dans le jeu et prennent alors partie pour un adversaire ou un autre. Les cascades s’enchainent sur le ring et parfois même en dehors ! Les costumes et masques sont kitchissimes :D mais l’ambiance fait qu’on s’y sent bien. C’est à voir au moins une fois si vous allez à Mexico. En revanche, les appareils photos et caméras sont interdits sur place (fouille et mise en consigne obligatoire) du coup j’ai peu de photos non floues, car prises depuis mon téléphone. Depuis qu’on est rentré du Mexique, la publicité TV actuelle pour Orangina me fait mourir de rire à chaque fois. :D

Visiter le quartier de Coyoacan et le musée de Frida Kahlo

A mes yeux, Coyoacan (= lieu des coyotes) est le plus joli quartier de Mexico. J’ai tout aimé dans ce quartier, les maisons de style colonial, la place ou règne une ambiance très familiale, et le marché des plus typiques ! Dans ce quartier se trouvent aussi à visiter la maison du révolutionnaire Léon Trotski (dans laquelle il fut assassiné) et la casa azul (maison bleue) de Frida Kahlo avec son atelier et certaines de ses œuvres.

Faire une pause dans les barques de Xochimilco

Souvenez-vous, au début de cet article je vous ai dit que Mexico avait été construite sur un ancien lac. Xochimilco est la seule partie restante de ce marécage. De nombreuses barques colorées – remplies de touristes – se promènent sur les canaux. Des barques de mariachi (chanteurs et musiciens traditionnels du Mexique) vous accompagneront de quelques chansons très romantiques, pendant que d’autres barques vous proposeront à boire et à manger – notez sur les photos celle proposant du « pulque » une boisson mexicaine légèrement alcoolisée obtenue par la fermentation de la sève d’agave. :)

Comprendre le développement d’une religion à Notre Dame de Guadalupe

Le sanctuaire de Notre Dame de Guadalupe est le second lieu de culte catholique le plus visité au monde (juste après le Vatican), des millions de pèlerins s’y rendent chaque année.

Sur place, il y a en fait 2 basiliques Notre Dame de Guadalupe. Une de style ancien, qui s’enfonce énormément dans le sol, au point qu’un second édifice, bien plus moderne a été créé pour des raisons de sécurité.

Lorsque les espagnols sont arrivés au Mexique, face aux communautés indiennes polythéistes, il a était très difficile d’imposer leur religion catholique, et aucun indien ne souhaitait s’agenouiller devant un Christ sur une croix. Cela n’avait aucun sens pour eux, et bien sûr il y a eu beaucoup de morts… Juan Diego, un indien dont l’oncle est mourant, a un jour  l’apparition d’une Vierge Marie métisse qui lui demande dans la langue locale d’aller chercher l’évêque le plus proche pour qu’on lui construise une Basilique ici même (au Nord de Mexico). Bien sûr l’évêque ne crois pas les dires de Juan Diego et lui demande un signe plus probant. La Vierge dit alors à Juan Diego d’aller cueillir des roses en haut de la colline (alors que ce n’est pas la saison) et de les apporter à l’évêque. Juan Diego s’exécute, il cueille alors de magnifiques roses qu’il place dans le tissu qui lui sert de manteau. Lorsqu’il déplie son manteau face à l’évêque, les roses ont miraculeusement pris la forme de la Vierge de Guadalupe. L’oncle de Juan Diego guérit et prodigue à tous les mexicains de croire en la Vierge de Guadalupe. La basilique est construite et la religion catholique se déploie alors sur l’Amérique latine à partir de cette croyance en la Vierge de la Guadalupe. Le manteau représentant la Vierge est exposé au sein même de la Basilique (un système de tapis roulants permet aux fidèles d’aller l’admirer au plus près sans gêner les offices). Beaucoup de croyances se sont greffées sur ce manteau.

Nos bonnes adresses à Mexico

Durant tout notre séjour à Mexico, nous logions ans l’hôtel Métropol très bien situé à pieds pour visiter le centre ville.

Concernant les restaurants et la cuisine mexicaine – délicieuse mais particulièrement relevée, aïe caramba ! – nous vous conseillons :

  • les « tacos al pastor » au porc mariné cuit à la broche. Le premier repas que l’on a dégusté, on a alors bien compris que c’était le pays du piment ! :D chez el huequito.
  • la « molcajete » sorte de mortier dans lequel est cuit de la viande, des légumes (notamment du cactus, et oui, même que c’est très bon !) et du fromage, dans la birrieria El Rancho proche de l’Arena Mexico.
  • les enchiladas verdes, tortillas de poulet avec sauce aux tomates vertes acidulées, le tout gratiné sous du fromage – mon plat mexicain préféré !  à noter que les plats mexicains sont souvent accompagné de « frijoles » purée de haricots rouges.
  • goûtez les bières mexicaines typiques (bohemia, noche buena, chelada et michelada)

Je termine cet article sur cette pause repas, et vous donne rendez-vous pour un prochain article sur les temples de Teotihuacan (cité aztèques à environ 1h de Mexico) puis nous entamerons notre descente vers les villes de Puebla et de Oaxaca où nous célébrerons aussi le dia de muertos. Si vous avez des questions sur notre voyage, n’hésitez à me les poser juste en dessous. J’espère vous avoir donné envie de découvrir le Mexique. :)

Voyage de noces au Mexique, site de Teotihuacan.
Teotihuacan, à suivre… :)

Et vous, alors ?

  • Connaissez-vous le Mexique ?
  • Et la ville de Mexico ?
  • Y êtes-vous déjà allé(e) ? Ça vous a plu ?
  • Avez-vous de bonnes adresses à partager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *