Voyage, tourisme et évasion

Feria de Nîmes, sortie festive

Matador devant les arènes de Nîmes durant la feria 2014

Cette année, j’ai eu la chance d’assister à la feria de Nîmes, qui s’est déroulée du 4 au 9 Juin.
J’ai donc pris un maximum de photos et d’informations pour pouvoir partager avec vous un petit bout de la fête et de l’ambiance si particulière qui règne à Nîmes durant ces quelques jours.

Qu’est-ce que la feria de Nîmes ?

Si comme moi, vous ne connaissez pas grand chose à cette culture, je vais commencer par vous donner quelques bases concernant la feria.

La feria est une fête en rapport aux corridas et aux courses de taureaux.
Beaucoup de grandes villes du Sud Ouest (Bayonne, Arles, Alès, Carcassonne,…) en organisent chaque année.
Sur Nîmes, elle dure en moyenne 5 jours et a lieu 2 fois dans l’année (entre Mai et Septembre, pour la Pentecôte et pour les vendanges).

Pour bien comprendre la feria, il faut s’intéresser aux traditions qui ont donné naissance aux différentes animations tournant autour des taureaux.

Les arènes de Nîmes durant la feria de 2014
les arènes de Nîmes

Quand j’étais petite, mes grands-parents habitaient dans les Landes, et je me souviens avoir assisté à une course landaise : des personnes se trouvaient au milieu de l’arène et sautaient au dessus d’une vache ou s’écartaient de son passage à la dernière minute ; cela avait lieu à Bayonne. Je me souviens même être allée dans l’arène à la fin lorsqu’ils ont appelé les enfants pour le lâcher d’une vachette – je me rappelle aussi avoir couru lorsque celle-ci me fonçait dessus… alors que d’autres – plus courageux – allaient vers elle pour essayer d’attraper le pompon qui était accroché sur l’une de ses cornes.

Bref, tout ça pour vous dire qu’à Nîmes, durant la feria, vous pourrez assister à un autre type de course, appelée course camarguaise dont le principe est plus ou moins le même (réussir à attraper des rubans, des pompons attachés sur les cornes et/ou une cocarde mise sur le front de l’animal) sauf qu’il ne s’agit pas d’une vache, mais d’un taureau de race Camargue. Il fait tout de même entre 300 et 450kg… :D et on le reconnait à ses cornes qui pointent vers le ciel.

Traditionnellement, ces taureaux sont élevés par des gardians. Des hommes et quelques rares femmes, à pieds ou à cheval (sur des chevaux de race Camargue également) qui aiment leurs bêtes et les protègent, même si ces taureaux sont généralement destinés, en plus des courses camarguaises, à finir dans votre assiette.

Qu’est-ce qu’un abrivado ?

Vous pourrez croiser des gardians lors des abrivado de la feria.
Une abrivado était à l’origine l’arrivée des taureaux depuis leur champ jusqu’à l’arène où était effectuée la course camarguaise. Encadrés par les gardians, ils traversaient des villages le plus rapidement possible pour éviter que des villageois ne s’amusent à écarter certaines bêtes du troupeau.
Aujourd’hui, ce sont des camions qui amènent les taureaux. Néanmoins, pour que les traditions demeurent, durant la feria, des lâchers de taureaux encadrés par des gardians sont organisés dans certaines rues de Nîmes. Deux camions se font dos, l’espace est sécurisé au maximum par de grandes grilles disséminées de chaque coté de la rue, derrière lesquelles vous pouvez vous réfugier pour admirer cette curiosité culturelle.
Les taureaux passent souvent un par un, à chaque fois encadrés par quelques gardians, puis ils font un retour 2 par 2 ; puis ils passent généralement à nouveau 2 par 2 pour terminer par un lâcher des 6 taureaux en même temps. Cela va très vite, et ce qui est amusant à observer, ce sont les passants qui cherchent à arrêter les taureaux dans leur course, pendant que les gardians font mine de les en dissuader (notamment grâce au trident, sorte de long manche piquant qui servait à maintenir le taureau au sein du troupeau).
Si les quelques vidéos de cet article ne s’affichent pas correctement, rafraichissez la page.

Certains arrivent à stopper la bête, d’autres en prétendent plus qu’ils n’en font… mais en tous les cas, ce n’est pas simple et il arrive qu’il y en ait qui y perde une chaussure, ou se retrouve le pantalon déchiré et plein d’excréments de taureau… ça donne envie, non…?

Qu’est-ce qu’une encierro ?

A Nîmes, vous pourrez également assister à une encierro. A l’origine, cela désignait le fait d’amener un lot de taureaux destinés à la corrida vers l’arène (il s’agissait alors de taureaux de race espagnole, beaucoup plus gros que ceux de Camargue, 500 à 600kg, mais moins rapides et avec des cornes à l’horizontale… qui pointe vers vous ;) ). Les personnes qui le souhaitaient, pouvaient alors venir voir les taureaux et courir devant (ou derrière :D ) ces derniers.

Désormais, à Nîmes, l’encierro est un lâcher de taureaux de race Camargue, sur une place bien délimitée et sécurisée de la même manière que pour l’abrivado (le but n’étant pas de perdre un taureau dans la ville :D). Je rigole, mais pour avoir assisté à un lâcher de taureaux à Bayonne, je peux vous dire que ce n’était pas la même chose… je me souviens que des voituresgarées où il ne fallait pas ont fini cabossées et qu’un taureau est entré dans un bar pendant bien 5min et a tout saccager sur son passage…
Comme quoi les feria ne sont pas les mêmes d’une ville à l’autre.
J’ai appris qu’à Nîmes, les commerces situés dans une rue sur laquelle des abrivado avaient traditionnellement lieux, s’étaient vus ajouter des clauses à leurs contrats d’assurance spécifiques à la feria ! :D

Durant notre séjour, nous n’avons pas assisté à l’encierro car au moment où il se déroulait, nous étions le long du canal de la fontaine, prêts à contempler des joutes sur l’eau.

Les joutes nautiques

Les joutes nautiques font parties des activités sportives typiques de la région.
La chance a voulu que nous nous installions à proximité d’un passionné qui a bien voulu répondre à toutes mes questions :)
Alors, le principe est simple : il y a 2 jouteurs (2 personnes qui s’affrontent à l’aide d’une lance et d’un bouclier) chacun est positionné au bout d’une barque manœuvrée par des rameurs et c’est le premier des 2 qui tombe à l’eau qui à perdu. :D
Bon, à Nîmes c’est un peu le coté folklorique des joutes qui prime – les « vraies » compétitions sportives vous pourrez les admirer par exemple au Grau-du-Roi.
En réalité, comme il s’agit d’un sport reconnu par une fédération, les règles sont beaucoup plus complexe que ça n’en a l’air.
Un jury est présent pour noter les jouteurs et pour attribuer des fautes, ou des sanctions.
Par exemple, pour remporter son combat, un jouteur ne doit pas être séparé de son bouclier. Il ne doit pas non plus mettre sa main dans la partie blanche au centre de la lance, sous peine d’obtenir une pénalité. Chaque jouteur joue seul, il s’agit d’un classement individuel dans des catégories de poids + âge et non d’une équipe barque A vs barque B comme je l’imaginais en les voyant…

La musique des bandas

Durant la feria, vous ne louperez pas les bandas, groupes de musiciens de type fanfare, qui déambulent au gré des manifestations un peu partout dans la ville. Chaque groupe possède son propre répertoire de musiques traditionnelles et/ou plus modernes. Nous avons assisté à un concours de bandas sur la place de la maison carrée de Nîmes, l’ambiance y était très festive ! :)

Concours de bandas devant la maison carrée de Nîmes durant la feria 2014
concours de bandas

Nîmes durant la feria c’est également la fête la nuit

Chaque quartier de la ville est fière de vous proposer des animations musicales typiques de leurs origines. Ainsi, la communauté afro-américaine vous entraînera sur des rythmes caribéens ou de la musique hip-hop ; la communauté gitane vous fera danser jusqu’au petit matin aux sons de leurs guitares. Vous pourrez également faire quelques pas à l’espace country, à moins de ne préférer le tango argentin.

Nîmes la nuit, c’est également des concerts sur une estrade géante juste en face des arènes ! Nous avons apprécié le Rhythm’n’blues du célèbre groupe Kool & The Gang, mais si, vous vous souvenez…


Maintenant vous m’imaginez mieux chanter you-hou!!

Aïe bodega, bodega… où manger ?

Les nuits de la feria sont courtes mais intenses ! :D
Si vous êtes un peu fêtard, vous pourrez alors errer de bodega en bodega… La bodega étant un bar réel ou éphémère, ouvert toute la nuit, où vous pouvez boire, éventuellement manger, mais surtout danser ! On trouve des styles musicaux très différents d’une bodega à l’autre.

bodega de la feria de Nîmes 2014

Pour manger, vous n’aurez que l’embarras du choix. Des restaurations rapides (sandwich, kebab, hot dog,…) aux repas traiteurs des bodegas. Le menu typique proposé étant généralement la paella accompagnée ou non d’une sangria maison, je vous conseillerai – si vous aimez la viande – de ne pas repartir sans avoir goûter du taureau, notamment avec la spécialité de la feria : la gardiane, sorte de daube, type boeuf bourguignon mais à base de taureau.

Autres animations de la feria

Vous pourrez également admirer la Pégoulade, un défilé de chars, de musiciens et de gens costumés qui ouvre le lancement des festivités de la feria. Comme nous sommes arrivés le samedi, nous l’avons loupé, mais nous espérons le voir la prochaine fois ! :) En revanche, nous avons assisté à une romeria, qui était un défilé de danseurs flamenco sur une musique sévillane.

Des spectacles équestres (sur des chevaux de race Camargue) sont aussi présentés gratuitement au public.

Les corridas

J’arrive enfin au sujet polémique, assez épineux…
La période de la feria est le seul moment de l’année qui vous permet d’assister à des corridas (matador à pied ou à cheval, affrontant un taureau jusqu’à sa mise à mort). Il y en a 2 fois par jour, dans les arènes de la ville, pour un tarif moyen de 20€.

Matador devant les arènes de Nîmes durant la feria 2014

Nous n’avons pas assisté à une corrida. Bien que je ne sois pas très fan de viande, j’ai apprécié le fait de manger du taureau. Mais, même si je le déguste volontiers et que je comprends le coté héroïque, très spectaculaire, dans le fait qu’un homme se retrouve seul au centre d’une arène face à un taureau, je préfère assister à des courses ou à des lâchers de taureaux sans mise à mort, que de les voir ensanglantés.

J’entends et je respecte tout à fait les personnes qui ont grandi et vivent dans ces régions, assistant tous les ans à des feria et à des corridas. Le taureau est intimement présent au sein de leur culture et ils semblent voir la corrida comme un art, ou comme un échange émotionnel entre l’homme et l’animal.

tableau d'une corrida de Nîme

Je pense que ce qui alimente le plus la polémique, c’est le coté commercial qu’il y a en dessous (à 20€ la place, sachant qu’il y a plus de 13 000 places dans l’arène… le gars qui inventé la corrida était-il un businessman?).

Pour ma part – je ne souhaite pas lancer de débat qui de toute façon n’aboutirait à rien de nouveau, mais comme je partage avec vous mon séjour et que mon blog est aussi un peu mon petit espace d’expression personnelle – je compare ça au fait que la viande élevée en batterie me dérange, alors le fait d’élever des taureaux qui sont tués juste pour le plaisir visuel du spectateur, ça me met également mal à l’aise… Chacun étant libre d’y voir une scène située plus ou moins entre une boucherie et un show, de toutes manières, les luttes entre entre la sauvegarde des traditions et celle de l’espèce animale n’ont pas fini de perdurer.
Cela me fait penser au film Hunger Games, vous savez, les humains qui se tuent entres eux dans une arène aussi jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un, il faudra que j’écrive un article dessus sur le blog…

Bref, tout ça pour dire, que, que vous soyez pour ou contre la corrida, vous pourrez passer un superbe séjour à Nîmes durant la feria.
D’ailleurs, la prochaine feria de Nîmes aura lieu du 17 au 21 Septembre 2014, le programme sera disponible sur le site de l’office du tourisme.

Visiter Nîmes pendant la feria, c’est un peu comme visiter Venise pendant le carnaval, il y règne une ambiance magique et un esprit de fête incomparable.

Les arènes de Nîmes durant la feria de 2014

Et vous, alors ?

  • Êtes-vous déjà allé(e) à Nîmes ?
  • Avez-vous déjà assisté à une feria ?
  • Si oui, quelle animation vous a le plus plu ?

2 petits mots sur “Feria de Nîmes, sortie festive

  1. AL Peal dit :

    Hello Anne Claude !
    J’ai adoré lire ton billet, qui parle de ma ville et de cette fête que je connais par coeur :)

    Je souhaitais juste apporter deux petites corrections.
    La féria des vendanges a lieu en septembre (pendant les vendanges quoi ^^) et non pas en novembre :)
    Les gitans ne jouent pas de musique tzigane. Etant moi même gitane (oui ce sont mes cousins que tu as mis en photos sur scène ^^), je te le confirme tous les voyageurs ne sont pas du même peuple. Les gitans de Nîmes sont désormais des sédentaires depuis plusieurs générations, ils arrivent d’Espagne et jouent de la guitare, dansent la rumba flamenca, intègrent des percussions latines, chantent en espagnol catalan, etc . Les tziganes sont des voyageurs non sédentaires qui arrivent d’Europe de l’est le plus souvent, et qui logent toujours dans des caravanes et changent de camps régulièrement. Leur musique utilise des violons, des accordéons, des guitares, leurs chants sont dans des langues d’autres pays d’europe de l’est je peux pas te dire quelle langue avec certitudes.

    Mais ce n’est pas évident de savoir tout ça quand on ne baigne pas dedans :)

    En tout cas j’ai beaucoup aimé ton blog et d’ailleurs je m’inscris à ta newsletter ! Bonne soirée :D

    1. Anne-Claude dit :

      Bonjour AL Peal, merci beaucoup pour tes corrections (je viens de modifier l’article). C’est honteux pour moi d’avoir parlé de guitare tzigane, alors que j’ai étudié la musique tzigane à la fac (j’ai une licence de musicologie et mes cours préférés étaient justement ceux qui se rapportaient à l’ethnomusicologie). On va dire que j’ai écrit cet article très tard dans la nuit quand mon esprit était déjà bien endormi… ça vaut mieux :D en tous cas merci encore pour tes remarques et à très vite :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *