Confier la réalisation de sa robe de mariée sur mesure à une créatrice

Par Anne-Claude | 2 petits mots

Et oui, tout est dans le titre ! J’ai effectivement choisi de faire réaliser ma robe de mariée sur mesure par une créatrice designer expérimentée : Amandine RELIER de Trait d’Union Création. Et je vous raconte aujourd’hui pourquoi et comment ce choix est venu à moi, en espérant vous aider à vous poser les bonnes questions si vous devez trouver votre robe de mariée, et en apportant aussi mon témoignage personnel sur la création de ma robe de mariée sur mesure, car alors que je cherchais de quoi me convaincre et me rassurer, je n’ai hélas lu que très trop peu de témoignages à ce sujet sur la toile…

Trait d'union création de ma robe de mariée sur mesure.

Pourquoi j’ai choisi de faire créer ma robe de mariée sur mesure… ?

Je dois vous avouer que contrairement à ce que l’on dit souvent des petites filles qui rêvent de leur mariage en robe de princesse… ça n’a jamais été mon cas ! A chaque fois que j’imaginais mon mariage, je voyais mes proches souriants, j’entendais une musique d’ambiance légèrement rythmée, et je sentais les parfums de bons petits plats… mais JAMAIS je n’avais imaginé ma robe de mariée !

Une fois la demande en mariage de l’amoureux prononcée, j’ai bien été obligée de me poser quelques questions autour de la robe… 

Le prêt-à-porter

Au début, les seuls points auxquels je me rattachais étaient que je voulais une robe blanche (question de mise en valeur de mon teint par rapport à l’ivoire ou au beige) avec un peu de dentelle (pour le coté romantique) et plutôt une mi-longueur (parce qu’au mois d’août il fait chaud chez nous). J’espérai une robe discrète mais élégante, que je puisse remettre en dehors du mariage, ou du moins qui ne me coûte pas « un bras » si je ne devais la porter qu’un seul jour dans ma vie…

J’ai donc commencé par regarder la collection mariage des enseignes de prêt-à-porter : Naf-Naf, Sessun, Kiabi, la Redoute,… Je pensais avoir trouvé mon bonheur chez ASOS… mais j’ai renvoyé mon colis car la couleur était bien plus foncée qu’à l’écran…

Robe de mariée Asos.

Elle a failli être ma robe. :)

Les boutiques professionnelles spécialisées

Fatiguée de ne pas trouver ma robe de mariée sur internet, j’ai donc décidé d’aller frapper à la porte d’une boutique spécialisée dans les robes de mariées. Après une prise de rdv, j’y suis retournée quelques jours plus tard pour les premiers essayages. Bien sûr, les robes que l’on m’a proposé étaient des « vraies » robes de mariées, ce qui pour et selon moi comprend la longueur, la traine, l’épaisseur, le jupon, les paillettes dans les yeux,…

Je crois que dès la première que j’ai essayé, il y a eu comme un coup de foudre, pas pour la robe directement, non, mais pour l’image symbolique que me reflétait le miroir. Je peux vous dire que cela a chamboulé toutes les idées que j’avais dans la tête (vouloir une robe courte, que je pourrai remettre plus tard, qui ne coute pas un bras…). Non, ces essayages en boutique m’ont fait comprendre qu’avoir une vraie belle robe ce jour-là, était au fond de moi plus important que ce que j’imaginais. C’est un peu l’effet « une seule fois dans sa vie » – qui, il faut le reconnaitre revient assez souvent durant les préparatifs, pour différentes prestations…

Après être redescendue sur terre, il a fallu déterminer quel type et quelle coupe de robe allaient le mieux à ma morphologie. J’ai donc essayé différents modèles, dans différentes boutiques : avec des manches, sans manches, de simples bretelles ou juste un bustier… des bustiers longs, courts, asymétriques,… de la soie, du satin, du tulle, de l’organza, de la mousseline,… des robes à 400€ et d’autres jusqu’à près de 4000€ ! Notez bien que la qualité des robes et l’accueil selon les boutiques étaient eux aussi très différents, j’étais réellement face à un choix éclectique.

Au fur et à mesure de mes essayages, j’ai commencé à affiner mes idées et à savoir exactement ce que je voulais et ce que je ne voulais pas. Malgré 2 bons mois de recherches, il y avait toujours quelque chose qui ne me convenait pas à 100%. Je n’ai donc pas trouvé la robe de mes rêves dans les boutiques, alors que je l’avais pourtant désormais bien en tête !

Les essayages en boutiques de robes de mariées.

Elles auraient pu l’être aussi…

Et puis un jour… Trait d’Union Création

Au salon du mariage de Cannes Mandelieu, je croise la créatrice Amandine Relier sur son stand de robe de mariées Trait d’Union Création. Amandine, je la connaissais vaguement puisque nous avions suivi toutes deux en 2015, une formation de communication à la Chambre des Métiers de l’Artisanat. C’est donc amusant de se retrouver ici, dans un contexte bien différent.

Je lui explique mes difficultés à trouver la robe de mes rêves et lui détaille rapidement ce que j’imagine. Tout de suite elle me dit que c’est possible, et me demande pourquoi je ne suis pas venue la voir plus tôt…?

C’est vrai ça, je n’avais même pas pensé qu’il était possible de pouvoir faire créer ma robe de mariée sur mesure de A à Z. Et puis, j’avais peur que ce ne soit pas dans mon budget… Il faut dire que depuis la robe Asos à 25€ et la robe à 4000€ essayée en boutique, je commençais à avoir une idée bien plus précise du budget que je souhaitais désormais allouer à ma robe de mariée. J’avais donc un budget de 1000 à 1500€ max accessoires compris (2 paires de chaussures, une à talons pour le jour, une plate pour danser la nuit, une pochette pour mettre mes bricoles et des bijoux faits maison, bien sûr ! :) ).

Amandine m’explique que sur le salon elle propose une remise de 15 % pour toute commande à partir de 1300€ avec voile simple et jupon compris, que bien sûr une robe peut valoir bien plus chère en fonction de sa difficulté et des matières choisies, mais qu’elle peut arriver dans la moyenne basse de mon budget, n’étant pas trop exigeante et ne souhaitant pas de perles ou strass sur ma robe (qui lui demanderaient beaucoup de temps de travail).

J’aime aussi sa façon de rebondir à ma problématique de budget en me proposant par exemple d’utiliser des chutes d’une dentelle de qualité plutôt que de commander de nouvelles grosses pièces onéreuses. Amandine possède le label artisan d’art, son travail et ses services ont un prix qui me parait raisonnable aux vues de son savoir-faire et de la qualité des robes qu’elle imagine et confectionne entièrement. Je décide donc de lui faire confiance.

Comment se passe la création d’une robe de mariée sur mesure… ?

Quelques jours après notre échange, Amandine m’appelle et nous prenons un premier rendez-vous chez moi. Parce que l’avantage bien sûr lorsque l’on choisit de faire créer sa robe de mariée sur mesure, c’est que chaque essayage se fait directement à domicile (avec sa maman et/ou des amies si on le souhaite). La seule condition nécessaire est d’avoir un miroir en pied pour pouvoir contrôler l’évolution de la robe et valider nos goûts/choix.

Pour ce premier rendez-vous (fin octobre), Amandine prend des notes, je lui montre des photos de robes soit que j’ai essayé, soit qui m’ont plu dans des catalogues ou sur internet, et je lui dit à chaque fois ce que j’aime sur ces robes et ce que je n’aime pas, ou ce que j’aurai amélioré. Le bustier de celle-là me plait bien, mais je préfèrerai une dentelle comme sur celle-ci, avec en bas plutôt une coupe à la façon de cette autre-là. Ah oui, et puis j’ai acheté ce ruban bleu marine que j’aimerai bien avoir sur moi pour accessoiriser la robe, mais je ne sais pas trop où ni comment le mettre…

Elle m’écoute, me pose quelques questions, me rassure puis prend mes mesures. Enfin, nous signons un contrat, et elle m’explique comment se dérouleront les prochains rendez-vous. Elle me remet également une feuille qui servira de suivi, à la fin de chaque rendez-vous, nous y noterons les décisions qui ont été prises ainsi que « ses devoirs » :D  à réaliser pour le prochain rendez-vous. Cette feuille étant en double exemplaire, un pour moi, un pour elle. Je suis ravie de ce sérieux.

Le second rendez-vous

Nous sommes mi-décembre et je suis légèrement déçue car ma robe ne ressemble pour le moment pas du tout à une robe de mariée… Mais Amandine m’avait bien prévenu : le premier essayage est toujours un peu frustrant car il s’agit simplement d’une toile de coton faite selon mes mensurations, elle sera en réalité le « squelette » de ma robe de mariée. Le rendez-vous est assez rapide, Amandine souhaitant juste vérifier que la toile de coton s’adapte bien à ma morphologie. Avant de partir, elle me montre quelques échantillons de matières provenant de ses fournisseurs et me guide, me conseille afin que j’arrive à faire le bon choix. Il faut dire que j’hésitais beaucoup entre l’organza et la mousseline, j’opte donc pour de la mousseline.

Trait d'union création, robe de mariée sur mesure : étape choix matières des tissus à mettre au dessus du "squelette" de la robe en toile de coton.

Le troisième rendez-vous

Nous sommes mi-décembre. L’excitation de découvrir comment a évolué ma robe depuis la dernière fois est très forte, et je peux déjà vous dire que j’étais on ne peut plus ravie du résultat ! La simple toile de coton a beaucoup changé depuis… Elle est désormais doublée en bas au dessus du jupon par une épaisseur de mousseline ♥ ; et en haut aussi, elle comporte des coques pour la poitrine et des emplacements le long du bustier pour les futures baleines de maintien.

Dans le dos, Amandine a placé des oeillets blancs pour le passage du ruban qui nouera le bustier. Je dis à Amandine que j’aimerai avoir du tissu sous le ruban pour qu’on ne voit pas ma peau, elle m’explique qu’il y aura aussi une fermeture éclair en bas du dos.

Je ne voulais pas de traine, Amandine me dit qu’elle m’en a quand même mis une toute petite pour que je vois si cela me plait mais que si ce n’est pas le cas, elle pourra toujours la couper. Elle a eu bien raison, j’adore cette petite traine, je choisis donc de la garder. Après cet essayage, je ne me sens pas à l’aise avec la proportion que donne le jupon, Amandine le coupe et l’enlève. Avec ses épingles, elle place aussi une épaisseur de tissu sur le bustier qui devra contenir un drapé et de la dentelle que je verrai sans doute au prochain rendez-vous… :)

Quatrième (et quatrième bis) rendez-vous

Mi-février, je retrouve Amandine et ma robe ♥ pour un nouvel essayage. Cette dernière a encore bien évolué. Amandine souhaitait créer un drapé directement sur moi, elle teste, mais n’est pas entièrement satisfaite du résultat (elle est perfectionniste, assez exigeante envers elle-même, et cela me fait plaisir de voir que la robe qu’elle crée compte autant à ses yeux que pour moi qui vais la porter), elle me donne donc un autre rendez-vous quelques jours plus tard avec un drapé fixé provisoirement afin de s’assurer cette fois-ci que le rendu est bon.

Une fois le drapé validé, Amandine me propose de choisir la dentelle. Elle me tend 2 grandes chutes de dentelles très différentes, mais toutes aussi jolies l’une que l’autre. Mon choix est tout de même assez rapide car l’une d’elle contient des petits strass, et je ne veux pas de brillants ou de perles sur ma robe, même s’ils sont discrets. La seconde est juste parfaite, avec des petites fleurs en fils blanc et gris argenté. Amandine m’explique que sa dentelle est faite à la main et vient du Portugal. Face au miroir, nous décidons de la disposition de la dentelle au niveau du bustier.

Le cinquième (et avant dernier) rendez-vous

Nous sommes maintenant à la mi-mai, le jour J approche. Amandine place la dentelle sur moi avec des épingles. Le drapé est totalement terminé et il rend parfaitement bien. Elle a mis une doublure en coton à la place du jupon en crin qu’elle m’avait enlevé lors de notre troisième rendez-vous (c’est mieux vis à vis de la transpiration, surtout en plein été…).

Apparement, j’ai maigri du dos – notez bien que j’aurai préféré perdre des fesses ou des hanches, mais que je n’ai hélas pu choisir… :D – Amandine me fera donc des retouches.

Elle me montre qu’elle a mis sous le bas de ma robe ce qu’elle appelle « le truc à doigt » :D afin de pouvoir remonter celle-ci pour éviter de marcher dessus, en dansant notamment… mais elle me met en garde sur son utilisation qui peut être moins jolie si je le tiens trop haut : « on verrait les mollets de la mariée sur les photos souvenirs »… Je grave bien son conseil dans un coin de ma tête. Elle me demande ensuite de mettre mes chaussures à talons, afin de pouvoir régler l’ourlet au bas de ma robe.

Le sixième et dernier rendez-vous avec livraison de ma robe

A un mois du mariage – nous sommes donc début juillet – Amandine arrive avec ma robe de mariée sur mesure terminée. ♥ Les bordures de dentelle sont fixées autour du bustier, le ruban et noeud bleu marine est attaché lui-aussi.

Elle me montre qu’elle a également ajouté de la dentelle dans le dos, le long des oeillets. Je trouve ça superbe. Je n’ai ni grossi, ni maigri, donc elle n’a pas besoin de faire de retouches et va donc me la confier pour de bon.

Amandine donne un maximum de conseils à mes 2 amies présentes, qui m’aideront à m’habiller le jour J, et me recommande aussi des techniques de nettoyage et de repassage en cas de tâche catastrophe de dernière minute… Je croise les doigts pour que ça n’arrive pas, mais note tout de même ses conseils.

Faire confiance à une créatrice de robes de mariée est une aventure humaine unique remplie à la fois de joie et d’humour comme d’angoisse et de stress. Il n’y a qu’à regarder la tête que j’ai sur les photos pour imaginer et retrouver la joie d’un enfant émerveillé. Voir sa robe évoluer petit à petit en partant d’un simple morceau de tissu est une expérience magique.

Je suis ravie d’avoir fait confiance à Amandine et pour rien au monde je n’aurai voulu me marier dans une autre robe. N’hésitez pas à découvrir le book de trait d’union création, si le travail d’Amandine vous a séduit (il faut néanmoins que vous sachiez que son carnet de commande est déjà complet pour 2017 et 2018).

Dentelle et laçage au dos de ma robe de mariée Trait d'union création.

Merci à Amandine bien sûr, mais aussi à ma maman et à mes amies Fanny et Mélanie qui ont pris la plupart de ces photos souvenirs. :)

Nous avions souhaité avec l’amoureux qu’il ne voit pas ma robe avant que l’on ne parte ensemble pour la Mairie le jour J. Et je ne voulais pas non plus que mon papa la voit avant notre arrivée à la Mairie (j’avais lu quelque part une superstition qui soit disant porterait malheur… Habituellement je prête peu d’attention à ce genre de croyances, mais il faut dire qu’il y en a tellement autour du mariage, que parfois il est bon de se rattacher à celles qui nous « parlent » peut-être d’avantage ou simplement nous amusent).

Alors forcément, maintenant que notre mariage est passé, une nouvelle question se pose : que faire de ma robe de mariée maintenant que je suis mariée ? Avant d’avoir ne serait-ce qu’entamer un bout de ce chemin, j’imaginai la revendre, ou pourquoi pas même la louer… Aujourd’hui, je pense que j’en serai fortement incapable (ça a déjà été très étrange de la laisser juste quelques jours au pressing), même si elle prend pas mal de place dans mon dressing… :D Je pense que refaire des photos dans 10 ou 15 ans, avec l’amoureux dans son costume et moi dans ma robe – si tant est qu’on rentre encore dedans… bien sûr, mais je me veux optimiste ! :D – ça peut être un souvenir bien amusant et un clin d’oeil au temps qui passe.

La prochaine fois je vous présenterai Sabine beautécoiffeuse et maquilleuse de mariage à domicile, c’est une perle, et elle vient d’Antibes en plus ! :)


Un Blog c’est du Partage

Je partage de la joie à travers cet article.

Tu partages les mêmes idées que moi à sa lecture ?
Il/elle aimerait peut-être partager cet instant avec nous.
Nous partageons, échangeons, débattons chaque jour.

Et si vous partagiez cet article sur vos réseaux sociaux ?

Ils/elles seraient sûrement ravis de le découvrir et d’y prendre part à leurs tours…

Gardons contact !

Cet article vous a plu ? Ne manquez pas le suivant !
Retrouvez Divine et Féminine chaque mois dans votre boîte mail grâce à la Gazette Mensuelle.
Remplissez les champs ci-dessous (c’est gratuit et sécurisé).
Vous doutez ? Voici un extrait de la Gazette Mensuelle.




 

Et vous, alors ?
  • Comment était votre robe de mariée ? Ou comment serait celle que vous imaginez ?
  • L’avez-vous (ou pensez-vous) la commander en boutique, ou la faire faire sur mesure par une créatrice ? Racontez-moi :)

2 petits mots sur l'article Confier la réalisation de sa robe de mariée sur mesure à une créatrice

  1. Books & Tea
    27 février 2017 à 13:58 (Il y a 2 années)

    Oh ben dis-donc, quelle belle expérience et ta robe est sublime! Si un jour nous nous marions, je me renseignerai peut-être sur ce genre d’artiste (n’ayons pas peur des mots) car je suis un peu difficile sur les robes!

    Répondre
    • Anne-Claude
      27 février 2017 à 14:40 (Il y a 2 années)

      Merci :) c’est vrai que c’est une expérience unique que je suis ravie d’avoir vécu. Le plus important lorsque l’on fait appel à une créatrice, c’est bien évidemment de connaitre, d’aimer et de se retrouver dans son travail (les réalisations déjà faites) mais surtout de lui faire confiance, il faut que le « feeling » passe bien dès le début des échanges. :)

      Répondre

La parole Le clavier est à vous ! Échangeons :